10 mars 2020

Le Ministère du Transport tunisien dans l’ère de l’industrie 4.0

La Direction Générale du Développement Administratif, des Systèmes d’Information et du Transport Intelligent (DGDASITI) du Ministère du Transport tunisien participe activement à la promotion de l’industrie 4.0 et particulièrement celle qui pourrait être appliquée aux problématiques de la mobilité.

L’objectif du Ministère est d’accompagner et d’encourager la société civile sur l’achèvement de leurs projets dont l’objectif est d’apporter une meilleure expérience pour les voyageurs. La société civile tunisienne est la première concernée par la mobilité et est confrontée au quotidien aux aléas des transports existants et en connait donc les principaux enjeux ; d’où une recherche active de solutions innovantes.

Dans le cadre de l’assistance technique, la CODATU a participé, en collaboration avec les cadres de la DGDASITI et de la SNCFT, à l’Innov’Challenge 2020 organisé par l’Institut National des Sciences Appliquées et de Technologie (INSAT), et sponsorisé par la GIZ, pour les élèves le 26 février. Ce challenge a la particularité de se dérouler en deux temps :

Discours de Montacer Hassani, Directeur Général de la DGDASITI

Dans un premier temps, les 15 équipes ont eu le choix entre quatre sujets proposés par chacun des partenaires : IBM Watson, EY (Ernst & Young), Globalnet, la Municipalité d’Ariana et le Ministère du Transport. Elles devaient effectuer une présentation de 5 min d’une solution devant le jury concerné par le sujet qui lui attribuait par la suite une note.

Trois équipes ont travaillé sur le sujet proposé par le Ministère du Transport : « Concevoir et mettre en place des solutions innovantes permettant la détection des anomalies des infrastructures ferroviaires : usure du ballast, des rails, traverses etc. ». La méthodologie utilisée est la reconnaissance visuelle et la captation des vibrations via l’internet des objets (IoT). L’objectif de cet outil est de permettre d’identifier les anomalies et de les situer géographiquement pour une maintenance préventive. Elle pourrait par exemple être appliquée au nouveau RFR de Tunis, qui constituera la colonne vertébrale de la mobilité urbaine dans le Grand Tunis.

Dans un second temps, les équipes lauréates sont accompagnées pendant trois mois par le partenaire sur la concrétisation de la solution. L’objectif de cette démarche est de mettre en adéquation la partie technique et le besoin du partenaire pour aboutir à une industrialisation à long terme. C’est le principe de la Co-Innovation !

Equipe gagnante du sujet proposé par le MT

On peut noter que la problématique de la mobilité urbaine impact également EY (Ernst & Young) qui a proposé un sujet pour lequel la gestion des places de parking en était l’une des composantes principales. Pour aller plus loin, cette problématique illustre les difficultés rencontrées en matière de mobilité à Tunis, dont la part modale des véhicules particuliers croit depuis les années 2000 ; à l’origine d’une congestion marquée.

Cette publication s’inscrit dans le cadre de l’accord de Coopération Technique entre le Ministère du Transport de Tunisie, l’AFD et CODATU signé en juillet 2019. A travers cette coopération, l’objectif est la mise en œuvre d’actions de coopération et le transfert de savoir-faire concernant le cadre institutionnel et réglementaire, l’interopérabilité et la billettique, les données de mobilité, les Systèmes de Transports Intelligents (STI) et la conception d’une formation spécialisée. Cette publication n’engage que son auteur et l’Agence Française de Développement n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations contenues.