Coopération technique Tunisie – L’enjeu de l’interopérabilité des systèmes de transport urbain dans le Grand Tunis

Actualité CODATU Mardi 13 Décembre 2016

Avec le vieillissement des systèmes et infrastructures de transport dans le Grand Tunis, une forte dégradation des services de transport public est observée depuis plusieurs années dans la capitale de Tunisie. Face à cette situation, des projets ambitieux ont vu le jour, répondant à des enjeux tels que l’amélioration de la qualité de service dans le centre et l’extension des services de transport public dans les régions suburbaines.

Une certaine dualité s’est alors profilée dans le paysage du transport public à Tunis. D’un côté le réseau urbain de la STT (Société des Transports de Tunis), ou Transtu, est un réseau datant des années 1980, rassemblant bus, métro léger – tramway – et ligne de banlieue. L’offre de Transtu s’est progressivement dégradée et un projet de modernisation est en cours. De l’autre côté, le RFR (Réseau Ferré Rapide) est un nouveau réseau suburbain encore en construction qui vise à connecter rapidement les banlieues de Tunis avec son centre. La première tranche de ce réseau devra être achevée fin 2018.

Les décideurs publics ont affirmé la volonté d’offrir aux voyageurs une intégration de l’offre de transport, au sein du réseau Transtu d’une part, mais aussi avec le nouveau réseau RFR. Pour ce faire, l’intéropérabilié entre les systèmes Transtu et RFR est un impératif. Cependant, la situation institutionnelle du Grand Tunis, avec notamment une absence d’autorité organisatrice, ainsi que des décalages dans le phasage des projets, rendent la coordination difficile. Cet enjeu s’exprime à différents niveaux dont deux particulièrement importants dans ce contexte : les pôles d’échange, et les systèmes billettiques et tarifaires.

La réhabilitation des pôles d’échanges : le cas de la place Barcelone

En 2008, la Transtu lance le projet « Boucle Centrale » en réponse à un besoin d’amélioration du fonctionnement du métro léger de Tunis. Le réseau étant construit en étoile, la source des problèmes de fluidité du réseau est identifiée dans la partie centrale qui constitue une boucle où l’aménagement des voies cause de fréquents conflits rail-route mais aussi rail-rail. Les actions suivante dans trois stations centrales sont ainsi actées :

  • Station Bab el Khadra : ajout d’une voie de retournement ;
  • Station République : travaux de réorganisation des voies pour limiter les croisements ;
  • Station Barcelone : réaménagement complet de la place, dont les stations de métro léger et de bus.
DSC_0058 (1)

Station de métro léger de place Barcelone

Le chantier le plus conséquent de ce projet est celui de la place Barcelone. Localisée dans le centre de la ville, elle représente un pôle d’échange majeur où se rencontrent train, métro léger, bus et taxis collectifs. Elle sert en effet de terminus à quatre lignes de métro léger, assure le passage d’autres lignes et abrite aussi une gare routière comptant 24 arrêts. A terme, les travaux ont pour objectif d’améliorer l’accessibilité et le bien être des voyageurs, tout en optimisant l’exploitation des systèmes de transport présents sur le pôle avec l’arrivée du RFR. Ils consisteront principalement en la création d’une nouvelle station de métro centrale, la restructuration du plan des voies ainsi que la construction d’une gare routière souterraine.

Image2

Place Barcelone et gare de Tunis Ville

Au sud de la place se situe la gare ferroviaire principale de Tunis dite gare Tunis Ville. Cette gare accueille les trains du réseau national opéré par la SNCFT (Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens), et accueillera à partir de fin 2018 les lignes D et E du RFR qui sera aussi exploité par la SNCFT. Un projet de réaménagement de la gare en vue de l’accueil de nouveaux voyageurs est actuellement suivi par la SNCFT. Ce projet consiste en une réorganisation de la partie de la gare qui accueillera les futures lignes RFR. Cette réorganisation est impérative en vue de la multiplication du nombre de voyageurs qu’engendrera le RFR.

A travers ces deux projets, la place Barcelone exprime parfaitement l’enjeu d’interopérabilité des deux systèmes Transtu et RFR. La gestion des flux de voyageurs passant de la gare à la place et inversement nécessite un aménagement de l’espace et des installations fluides pour garantir la meilleure accessibilité possible. Les problématiques d’accès et de contrôles sont alors essentielles au bon fonctionnement du pôle.

L’interopérabilité des systèmes billettiques pour assurer une intégration tarifaire

DSC_0144

Entrée de la station de métro léger Bab El Khadra

Les deux réseaux Transtu et RFR désirent se doter de systèmes billettiques modernes, mais surtout intégrés l’un avec l’autre. D’une part, Transtu utilise aujourd’hui un système billettique primaire à base de tickets papiers à composter à l’entrée des stations de métro, ou à acheter dans les bus. Un projet de modernisation de ce système a ainsi été démarré et est actuellement en cours. Ce projet vise à passer à une billettique moderne basée sur l’utilisation de tickets magnétiques et cartes d’abonnement. D’autre part, le réseau RFR est encore en construction et devra se doter d’un système billettique propre. Ce système n’a pas encore été sélectionné, et un appel d’offre est sur le point d’être lancé.

La volonté de garantir une fluidité d’usage pour les voyageurs passe par une bonne intéropérabilité des deux systèmes. Il est ainsi nécessaire que la SNCFT, futur exploitant du RFR, prenne en compte les caractéristiques du projet billettique Transtu afin d’avancer sur son propre projet.

Seulement, l’outil billettique ne suffit pas, et une organisation des acteurs est nécessaire pour définir et appliquer une offre tarifaire unifiée. Afin d’obtenir une vision claire sur le modèle tarifaire à adopter dans le périmètre du Grand Tunis, une étude a été lancée en parallèle par le Ministère du Transport de Tunisie. Cette étude permettra aux acteurs de s’accorder sur les choix relatifs à la grille tarifaire ou la gestion des recettes.

Un atelier de travail pour faire le bilan de l’avancement des projets

????????????????????????????????????La complexité de ces projets a amené CODATU dans le cadre de sa mission de coopération technique à Tunis à organiser un atelier de travail sur la problématique de l’interopérabilité des systèmes de transport urbain dans le Grand Tunis. Cet atelier a eu lieu les 15 et 16 novembre 2016 à Tunis. Son objectif était de rassembler les acteurs impliqués, de faire un point sur l’état d’avancement des projets de pôles d’échange et de billettique, puis de dégager les recommandations sur les actions à mettre en œuvre pour la suite.

La première journée portait sur l’aménagement des pôles d’échanges, et plus particulièrement, sur les enjeux de coordination entre les deux composantes du pôle de Barcelone (à savoir la place Barcelone et la gare Tunis Ville). Cette journée proposait notamment de réfléchir à la place de chaque mode dans le réaménagement du pôle. La seconde journée portait quant à elle sur les projets de billettique et sur la problématique d’intégration tarifaire. Ces projets ont ainsi pu être mis en perspective et discutés afin de faire ressortir les blocages et enjeux de coordination.

Copie - DSC_0200Sur ces sujets, des experts sont intervenus afin d’enrichir les discussions tout au long des deux journées. M. Camille Rancière du bureau d’étude SYSTRA a ainsi animé une session sur les enjeux relatifs à l’aménagement de la place Barcelone, dans lequel celui-ci est impliqué. M. Hans Van Eibergen, en tant qu’ancien directeur général délégué à la Mobilité et aux Transports du SMTC Grenoble a apporté différents exemple de pôles d’échanges dans la métropole grenobloise. M. Jean-Jérôme Lebel du bureau d’étude Kisio Consulting est intervenu sur le sujet de interopérabilité des systèmes billettiques. Enfin, M. Dominique Maussion, expert RATP, a animé les sessions de travail sur la catégorisation pôles d’échange et l’intégration tarifaire.

Les sessions de travail en groupe ont permis de faire ressortir une liste de recommandations pour la suite des projets qui a été par la suite discutée au Ministère du Transport en présence des autorités ministérielles. Il en est ressorti les principaux points suivants :

  • Le piéton a été confirmé comme le premier facteur à prendre en compte dans l’aménagement du pôle d’échange de Barcelone. Cette position doit conduire à plusieurs reconsidérations de l’aménagement initial de la place, notamment en terme d’accessibilité.
  • L’interopérabilité des systèmes billettiques a besoin d’être plus clairement définie dans les documents d’appel d’offre et auprès des fournisseurs afin d’assurer une intégration tarifaire de l’ensemble du réseau.
  • Le phasage des projets gagne à être réajusté pour permettre une cohérence des différentes étapes et éviter les pertes de temps. Le ministère va notamment travailler sur la renégociation des délais de l’étude d’intégration tarifaire pour coordonner au mieux avec les projets de billettique.
  • La mise en place de l’Autorité Régionale Organisatrice des Transports Terrestres se révèle de plus en plus urgente pour permettre une vision claire de l’ensemble des projets et optimiser les prises de décision. Dans l’immédiat, la désignation d’un chef de projet unique devra être faite d’ici décembre 2016.

>> Consulter le programme de l’atelier <<

Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la coopération technique CODATU en Tunisie. CODATU, l’Agence Française de Développement et le Ministère du Transport de Tunisie ont signé en février 2016 un accord de coopération technique visant à accompagner le Ministère du Transport de Tunisie dans la mise en œuvre des différents projets de mobilité urbaine, et l’amélioration des systèmes de transport public dans les grands centres urbains tunisiens.

Partenaires associés

Agence Française de Développement (AFD)

L’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et  favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Les transports constituent un secteur d’intervention traditionnel de l’AFD. Sur la période 2001-2005, l’Agence a mobilisé environ 164 M€ par an en moyenne pour la mise en œuvre de projets dans le secteur des transports (en incluant les projets de développement rural et urbain comportant des activités de transport).