Visite technique d’une délégation de l’AMUGA en France

Visite technique d’une délégation de l’AMUGA en France
  •  
sbaffi
CODATU

Actualité CODATU Jeudi 24 Mars 2022

Dans le cadre de la coopération technique signée entre l’Autorité de la Mobilité Urbaine dans le Grand Abidjan (AMUGA), CODATU et l’AFD, une visite technique d’une délégation ivoirienne a été organisée entre le 21 et le 25 février dernier à Lyon et à Paris. Cette délégation était composée de cadres de l’AMUGA (le Directeur Général, le Vice-Président du Conseil Stratégique, le Directeur du Suivi de l’Exploitation, le Directeur de la Contractualisation, le Directeur de la Planification des Études, le Responsable de la Communication et la Responsable de la Communication), de cadres de l’AGEROUTE, du Ministère de l’Équipement et de l’Entretien Routier (MEER) ainsi que de la Commissaire à la Direction Générale de la Police Nationale de Côte d’Ivoire.

Photo de groupe de la délégation ivoirienne et de l’équipe CODATU au siège de Villeurbanne.

Trois thématiques principales ont été au cœur des échanges : l’intermodalité, le financement des transports, et la gouvernance des Autorités Organisatrices. La délégation a pu aborder ces thématiques à l’occasion de visites de sites lyonnais et parisiens et par les rencontres avec des structures françaises : CODATU, la Région Auvergne Rhône-Alpes, Keolis, IDFM, la Société du Grand Paris, le GART, RATP, les entreprises françaises membres de CODATU portant des projets de mobilité à Abidjan et enfin des chercheurs et chercheuses de différents laboratoires de recherche.

Gouvernance des Autorités Organisatrices de la Mobilité

A son arrivée à Lyon, la délégation a été accueillie par l’équipe CODATU dans son siège de Villeurbanne. Durant cette rencontre, les échanges ont permis aux équipes de se présenter et d’engager des discussions quant à l’écosystème de la mobilité urbaine dans les villes du Sud. Une discussion a pu être engagée sur les enjeux et problématiques rencontrées par l’AMUGA en tant qu’AOM du Grand Abidjan, suivie d’une présentation de la gouvernance du Sytral par Raymond Descamps, bénévole CODATU et ex-DG du Sytral. Ce même jour, la délégation a pu rencontrer une représentante de la Région Auvergne Rhône-Alpes pour présenter la démarche partenariale « Oura ! ».

La rencontre avec Guy le Bras, Directeur général du GART a également permis d’aborder la question de la structuration des AOM françaises et de mettre en rapport différents types de gouvernances sur le territoire français.

Intermodalité et pôles d’échanges multimodaux

En parallèle de l’étude de restructuration du réseau de transport lancée à Abidjan en octobre dernier et en prévision du lancement de l’étude sur la faisabilité de pôles d’échanges multimodaux (PEM) dans le Grand Abidjan, la visite en France a été l’occasion pour la délégation de visiter le réseau de transport lyonnais (TCL). Lors de cette visite, la délégation a notamment pu visiter le pôle d’échange multimodal de la Gare de Vaise, le PC Bus de la Gare Part-Dieu et son PEM. Ces différentes visites de site ont permis d’aborder les questions de sécurité, de gestion d’évènements nationaux et internationaux, d’interface multimodale et de technologie de transport, tout en empruntant le réseau de Bus et de Métro (ligne B et D) de la ville. L’après-midi a quant à elle été dédiée à la visite de la Maison du Carré de Soie afin d’observer les dynamiques d’urbanisation de ce nouveau quartier le long de la ligne de Tram 3.

Visite du PEM de la Gare de Vaise
Rencontre à la Maison du Carré de Soie

La question de l’intermodalité a également été évoquée lors de la rencontre avec la Société du Grand Paris et de la présentation du projet du Grand Paris Express. Cette matinée a été l’occasion de discuter du financement de ce mega-projet en cours, de la conception des gares et des PEM, de la planification du réseau, mais également des enjeux politiques et stratégiques en lien avec la transformation des territoires traversés et la prise en compte des Jeux Olympiques de Paris en 2024 dans la gestion du projet.

Rencontre à la Société du Grand Paris

La visite des infrastructures de la RATP sur le site de Montrouge a permis d’apporter un éclairage complémentaire à la question de l’aménagement des espaces de transport et de leur intégration dans le tissu urbain. En effet, le dépôt de bus de Montrouge se présente comme un site multifonctionnel, en proposant tant la gestion du parc de bus (pôle de contrôle technique, entrepôt) que dans des fonctions urbaines diversifiées (logement sociaux, potager urbain, parking souterrain). La RATP offre ainsi un exemple d’intégration de pôle technique et industriel dans la ville.

Visite du dépôt de bus de Montrouge

Intégration tarifaire

Conjointement au travail mené actuellement à Abidjan dans le cadre d’une étude « Interopérabilité et Intégration des systèmes tarifaires et SAEIV » et avec la mise en place d’une Charte d’interopérabilité, la délégation a pu rencontrer Ile-de-France Mobilité. Cette rencontre a permis de revenir sur les questions de financement du réseau de transport et de l’existence d’un mécanisme de financement unique en France, le « versement mobilité ». La question du financement et de la tarification a également été abordée lors de la rencontre avec la RATP et avec le GART.

La visite aura également permis à une partie de la délégation de rencontrer les entreprises membres de CODATU ayant des projets de mobilité et de transport en Côte d’Ivoire. Enfin, la visite technique s’est conclue par une rencontre avec des chercheurs et chercheuses du laboratoire Prodig et du LVMT pour échanger sur le projet de construction d’un Observatoire de la Mobilité du Grand Abidjan. Ces échanges ont permis d’identifier le rôle stratégique des Systèmes d’Information Géographique (SIG) pour analyser et visualiser des données de mobilité, et plus généralement les enjeux relatifs à la collecte et l’analyse de données dans le contexte des villes du Sud.

Rencontre des chercheurs et chercheuses des laboratoires Prodig et LVMT

Partenaires associés

Agence Française de Développement (AFD)

L’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Les transports constituent un secteur d’intervention traditionnel de l’AFD. Sur la période 2001-2005, l’Agence a mobilisé environ 164 M€ par an en moyenne pour la mise en œuvre de projets dans le secteur des transports (en incluant les projets de développement rural et urbain comportant des activités de transport).