[Coopération technique Tunisie] Accompagner la SNCFT dans l’exploitation du Réseau Ferré Rapide de Tunis

[Coopération technique Tunisie] Accompagner la SNCFT dans l’exploitation du Réseau Ferré Rapide de Tunis
  •  
Mathieu Martin
Chargé de coopération technique - Tunisie
Actualité CODATU Lundi 26 Février 2018

Cet
article s’inscrit dans le cadre d’un programme de coopération technique CODATU en Tunisie. CODATU, l’Agence Française de Développement et le Ministère du Transport de Tunisie ont signé en février 2016 un accord de coopération technique visant à accompagner le Ministère du Transport de Tunisie dans la mise en œuvre des différents projets de mobilité urbaine, et l’amélioration des systèmes de transport public dans les grands centres urbains tunisiens. Le projet de Réseau Ferré Rapide et ses différentes composantes fait partie de ces projets.

La SNCFT, future exploitante du réseau RFR de Tunis

Visite du chantier RFR

Le Réseau Ferré Rapide (RFR), réseau de train suburbain actuellement en construction dans le Grand Tunis, a été pensé pour répondre à la demande croissante de mobilité et aux enjeux de congestion de l’agglomération tunisoise. En complément du réseau de transport collectif urbain exploité par l’opérateur public TRANSTU et les opérateurs privés de bus, ces nouvelles lignes ferroviaires vont étendre la couverture du réseau de transport collectif à travers 5 nouvelles lignes pour un réseau total de 86 km. Ce nouveau réseau constituera ainsi la nouvelle colonne vertébrale du réseau de transports collectifs du Grand Tunis et permettra de mieux connecter les banlieues éloignées au centre ville, d’alléger les transports en communs saturés et de réduire la congestion. Le projet de construction est supervisé par la Société du RFR, société publique sous tutelle du Ministère du Transport de Tunisie créée en 2007.

L’exploitation du réseau RFR est confiée à la Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens (SNCFT). La SNCFT est l’opérateur ferroviaire national dont l’activité est portée sur les grandes lignes, le fret et les services de banlieue dans toute la Tunisie. Elle exploite notamment déjà la ligne de banlieue Sud-Est du Grand Tunis, future ligne A qui sera intégrée au réseau RFR.

Mission Expertise FEXTE Septembre 2016

Afin de mettre correctement en exploitation le RFR, la SNCFT doit avant tout adapter son organisation interne à travers la constitution d’un organigramme et d’une organisation stabilisée, simplifiée et rationalisée pour donner des marges de manœuvre aux différents niveaux d’encadrement et de direction. Un plan de recrutement et de formations adapté est aussi nécessaire pour assurer les compétences nécessaires au fonctionnement du RFR (exploitation, entretien, maintenance, sécurité, propreté, innovation, etc.). L’assistance technique FEXTE a ainsi accompagné la SNCFT dans l’actualisation de ses besoins en termes d’organisation et de compétences. Une mission organisée en septembre 2016 a appuyé les agents de la SNCFT dans la préparation d’un schéma organisationnel pertinent et une actualisation des besoins de recrutement.

La gare Tunis Ville représente un enjeu majeur pour le RFR

Parvis de la Gare Tunis Ville

La gare Tunis Ville est la gare ferroviaire principale de Tunis, et propriété de la SNCFT. Elle est un point central pour le réseau ferroviaire national, et le terminus des grandes lignes venant de tout le pays. Deux lignes RFR sont actuellement en construction, pour une mise en exploitation prévue en 2019 : les lignes D et E. Ces premières lignes reliant l’ouest du Grand Tunis (gouvernorat de Manouba) au centre-ville auront justement comme terminus la gare Tunis Ville.  Cette gare est le premier des trois grands pôle d’échanges prévus pour la partie centrale du réseau de RFR.

Mission d’expertise FEXTE Février 2018

La SNCFT estime aujourd’hui que la mise en exploitation des deux premières ligne RFR occasionnera un flux de voyageurs en heure de pointe multiplié par trois, et donc une explosion de la fréquentation de la gare. Cette augmentation importante de flux impose un réaménagement de l’espace d’accueil des voyageurs actuel. Un appel d’offre pour une étude architecturale et technique d’aménagement de la gare Tunis Ville est ainsi en préparation par la SNCFT. Afin d’accompagner la finalisation des documents relatifs à cet appel d’offre, l’assistance technique FEXTE est intervenue auprès de la SNCFT en février 2018 permettant de renforcer les termes de références préparés par les agents de la SNCFT.

Afin d’être mise à niveau, la gare Tunis Ville doit faire face à plusieurs enjeux. Ont été notamment identifiés lors de la mission :

  • La réaffectation des quais selon les types de trains. Il conviendra en effet de décider quel quai accueillera quel type de train (grande ligne ou RFR), et sous quel modèle d’organisation la répartition devra se faire (zones définies, répartition flexible, etc.)
  • La gestion des flux voyageurs. Cette question se pose à travers différents points tels que la mise en place de contrôle d’accès adapté au flux attendu, ou l’aménagement de nouvelles entrées et sorties de la gare sur les côtés.
  • L’optimisation de l’espace d’accueil des voyageurs au sein de la gare. Avec l’augmentation de la fréquentation de voyageurs, et l’espace ne pouvant être augmenté, celui-ci doit être retravaillé afin de garantir accessibilité, confort et sécurité.
  • L’interfaçage avec le projet de Boucle Centrale. Ce projet induira une refonte complète de la Place Barcelone située juste à la sortie de la gare. La réaménagement de cette dernière doit se faire en cohérence avec ce projet.

La mise à niveau des stations de la ligne A et des contrôles d’accès

Si la question du contrôle d’accès et de sortie des quais se posera pour la gare Tunis Ville lors de l’étude d’aménagement, elle se pose aussi pour les stations de la ligne de banlieue sud dite « Ligne A ». Cette ligne parcourt actuellement le sud est de l’agglomération du Grand Tunis en longeant le Golfe de Tunis à travers dix-huit stations, arrivant jusqu’à la gare Tunis Ville, son terminus.

Entrée de la station Sidi Rezig – Ligne A

Afin d’intégrer au mieux cette ligne dans le réseau RFR et lutter efficacement contre la fraude, un travail réaménagement est nécessaire pour la plupart des stations de la Ligne A. Ces stations font aujourd’hui face à d’importants problèmes. Par exemple si les emprises de la ligne A sont censées être clôturées, et les stations contrôlées, de nombreuses ouvertures clandestines existent aux alentours des stations. Ces ouvertures induisent des traversées de voies des habitants locaux, plus rapide que les passages par passerelles. Bien que ces traversées créent des problèmes de sécurité, ce ouvertures se sont multipliées. D’autre part, plusieurs stations sont totalement ouvertes, rendant la resquille très facile. La mise en place d’un nouveau système billettique propre au RFR devra s’accompagner de systèmes de contrôle qui sécuriserons l’accès à ces différentes stations.

Suite à un premier constat réalisé en 2016 à l’occasion d’une mission d’appui à la rédaction du CCTP billettique RFR, une étude de réaménagement et d’implantation des équipements de contrôles d’accès avait été préconisés par la coopération à la SNCFT. Face à la diversités des modèles de stations, une telle étude doit être réalisée au cas par cas pour proposer des solutions de contrôle d’accès optimisé dans toutes les stations. A travers une nouvelle mission réalisée en février, l’assistance FEXTE a ainsi soumis aux agents de la SNCFT une proposition de termes de références pour cette étude d’aménagement.

Remerciements à M. François Moulin, INGEROP, M. Michel Masmejean, MONDAY EXPERTS, et M. Christophe Arnaud, RAIL CONCEPT, pour la mise à disposition de leur expertise et leurs travaux lors des différentes missions organisées auprès de la SNCFT et du RFR dans le cadre de la coopération technique FEXTE Tunisie.

Cette publication n’engage que son auteur et l’Agence Française de Développement n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations contenues.

Partenaires associés

Agence Française de Développement (AFD)

L’Agence
Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et  favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Les transports constituent un secteur d’intervention traditionnel de l’AFD. Sur la période 2001-2005, l’Agence a mobilisé environ 164 M€ par an en moyenne pour la mise en œuvre de projets dans le secteur des transports (en incluant les projets de développement rural et urbain comportant des activités de transport).