Coopération Technique Brésil – Les premiers résultats des études pour le réaménagement de deux pôles d’échanges multimodaux

Coopération Technique Brésil – Les premiers résultats des études pour le réaménagement de deux pôles d’échanges multimodaux
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Bruno Almeida Maximino
CODATU
Chargé de coopération Brésil
Actualité CODATU Lundi 16 Juillet 2018

Dans le cadre des coopérations techniques avec les États de São Paulo et de Rio de Janeiro, deux études de préfaisabilité pour le réaménagement des stations Central do Brasil, à Rio de Janeiro, et Palmeiras-Barra Funda, à São Paulo, en gares de nouvelle génération, sont financées par l’AFD. Les études en cours sont menées par le groupement EgisArep depuis avril 2018. CODATU assure un suivi technique des études.

Deux évènements pour la restitution des résultats de la première phase de l’étude ont eu lieu la semaine du 25 juin 2018. La Mission 1 consistait à fournir un diagnostic urbain, de mobilité et des flux d’usagers en gare. Les enjeux à relever lors de la mise en œuvre du projet et les premières pistes d’intervention imaginées par les consultants ont également été abordés.

La réunion technique à Rio de Janeiro, organisée le 26 juin, a permis de confirmer le diagnostic réalisé par les équipes Egis-Arep, validant le rôle moteur de Central do Brasil en termes de croissance et de dynamique urbaine dans la zone centrale de la ville de Rio de Janeiro, aussi bien que son influence sur la métropole. La présence des différents modes de transport donne au quartier de la station un rôle de centralité et de pôle d’échange. Néanmoins, l’expérience des usagers lors d’une correspondance pourrait être amélioré par le biais, entre autres, de l’organisation du commerce informel sur le parvis et du renforcement de la sécurité. Finalement, les flux de passagers les plus importants sont constatés entre les trains de banlieue et le métro. Il faut remarquer le grand nombre de personnes réalisant le trajet vers le centre-ville, situé à 1,5 km de la gare, à pied. Ce phénomène est lié à l’absence d’intégration tarifaire entre les trains de banlieue et les services municipaux de transport (bus et tramway), les usagers préférant marcher 20 minutes plutôt que de payer un autre titre de transport.

Atelier à São Paulo. Source : CODATU

Le workshop à São Paulo a eu lieu le 28 juin. Le rôle important de la station Palmeiras-Barra Funda en tant que levier économique pour le quartier et pour la ville a été mis en valeur, notamment depuis le début du XXe siècle avec l’installation d’importantes industries entre la voie ferrée et le fleuve Tietê. Par ailleurs, les flux d’usagers en gare sont assez importants, surtout entre les trains de banlieue et le métro. On remarque également des flux provenants des bus municipaux et des cars longue distance, ainsi que des personnes qu’utilisent la station comme un pont entre les deux côtés de la voie ferrée. La présentation d’Egis-Arep a également montré que les déplacements piétons pourraient être valorisés et que l’installation d’un garage à vélos pourrait inciter l’accès à la station par les pistes cyclables déjà existantes. En ce qui concerne les flux en gare, on remarque que, outre le transfert trains de banlieue-métro, l’accès le plus emprunté est celui au Sud de la station de par les nombreux arrêts de bus aux alentours, d’universités et d’équipements culturels et de loisirs. Néanmoins, on a constaté l’existence d’importants conflits de flux d’usagers qui devront être traités par l’étude.

Grâce à la diversité d’entités représentées aux deux événements, le travail en groupe a rendu possible l’identification des critères qui devront être utilisés pour l’évaluation des propositions de programme dans la suite des études.

À Rio de Janeiro, a été soulignée l’importance de sujets tels que l’insertion urbaine et l’expérience clients, en particulier en termes de sécurité, de requalification d‘immeubles en logements sociaux, d’organisation de la circulation piétonne et automobile, de valorisation des espaces verts du quartier et d’articulation entre les différentes institutions publiques et les exploitants.

À São Paulo, les participants ont mis l’accent sur les questions d’insertion urbaine, d’intermodalité et de planning en particulier en ce qui concerne le temps de correspondance, l’accessibilité et les parcours piétons, et le budget et la passation de contrats.

Réunion technique à Rio de Janeiro. Source : CODATU

Dans les deux villes, une présentation a aussi été faite par Étienne Lhomet, de la part de Lina Singer, paysagiste spécialisée dans les projets de transport urbain. Il a souligné le rôle d’un(e) paysagiste des transports, mettant l’accent sur l’importance d’une bonne insertion du tracé dans le tissu urbain de manière à rendre le système de transport lisible et compréhensible par la population, permettant son appropriation sociale. Cette présentation a complété l’éventail de métiers impliqués dans les projets de mobilité urbaine qui est présenté depuis le début de la coopération aux deux États brésiliens. Lors des ateliers précédents, différents profils sont intervenus tels que celui de l’architecte-urbaniste, de l’ingénieur, du sociologue, de l’économiste, du spécialiste du numérique et d’un spécialiste du développement commercial.

La deuxième étape des études aura pour but de fournir deux scénarios de programme pour chaque station et son voisinage, ainsi qu’un ordre de grandeur des coûts de mise en oeuvre. Les prochains ateliers dans le cadre des études sont prévus la deuxième semaine de septembre.

En décembre 2018, les résultats de la Mission 3 des études permettront d’évaluer la pertinence de la poursuite des études et de la réalisation de gares de nouvelle génération.

Partenaires associés

Secretaria dos Transportes Metropolitanos do Estado de São Paulo

Le
Secrétariat aux Transports Métropolitains de l’État de São Paulo (STM) est l’entité responsable de la planification et de la gestion des transports urbains ferrés et des bus inter-municipaux dans les régions métropolitaines de l’État de São Paulo.

 

Governo do Estado do Rio de Janeiro

La
planification et la gestion des transports urbains de la Région Métropolitaine du Rio de Janeiro sont sous la responsabilité du Secrétariat d’État aux Transports (SETRANS), de l’Agence Régulatrice des Services Publics Concédés de Transport Maritime, Ferroviaire et Routier de l’Etat de Rio de Janeiro (AGETRANSP) et de la Chambre Métropolitaine, attachés au Gouvernement de l’État du Rio de Janeiro.

AREP

Créé en 1997 au sein du groupe SNCF par Jean-Marie Duthilleul et Etienne Tricaud, architectes et ingénieurs, le groupe AREP conçoit les espaces fréquentés par les foules à toutes les échelles, du grand territoire métropolitain à celle du mobilier public, du bâtiment à celle du quartier de ville.

L’activité d’AREP repose sur une capacité reconnue de conception et réalisation des lieux du mouvement accueillant des usages complexes en milieu urbain dense avec de forts enjeux techniques et patrimoniaux que constituent aujourd’hui les gares multimodales. Fort de ce savoir-faire, AREP peut aborder efficacement d’autres programmes recevant du public.

Avec une équipe de 900 personnes, comprenant plus de 30 nationalités et constituée d’architectes, d’urbanistes, de designers, d’ingénieurs, d’économistes, de programmistes et de conducteurs d’opérations…, AREP développe ses savoir-faire dans tous les domaines de la ville et du bâtiment : pôles d’échanges et gares ferroviaires, équipements et espaces publics, bureaux, hôtellerie et logements, centres commerciaux, bâtiments techniques.

Egis

Egis est un groupe international d’ingénierie, de montage de projets et d’exploitation. En ingénierie et conseil, il intervient dans les domaines des transports, de la ville, du bâtiment, de l’industrie, de l’eau, de l’environnement et de l’énergie. Dans les domaines routiers et aéroportuaires, son offre s’élargit au développement de projets, à l’investissement en capital,  au clé en main d’équipements et à l’exploitation.

Agence Française de Développement (AFD)

L’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et  favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Les transports constituent un secteur d’intervention traditionnel de l’AFD. Sur la période 2001-2005, l’Agence a mobilisé environ 164 M€ par an en moyenne pour la mise en œuvre de projets dans le secteur des transports (en incluant les projets de développement rural et urbain comportant des activités de transport).