Coopération décentralisée Strasbourg – Kairouan : La mobilité urbaine en réponse à l’amélioration de la qualité de vie

Coopération décentralisée Strasbourg – Kairouan : La mobilité urbaine en réponse à l’amélioration de la qualité de vie
  •  
Mathieu Martin
Chargé de coopération technique - Tunisie
Actualité CODATU Mardi 22 Novembre 2016

En avril 2015 était signé une convention de coopération entre les villes de Strasbourg en France et de Kairouan en Tunisie dans le but de développer des actions touchant au développement de la démocratie locale et à l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Afin de concrétiser cette coopération décentralisé, un projet d’amélioration de la mobilité urbaine a été mis en place en partenariat avec les associations CODATU et ALDA (Association Européenne de la Démocratie Locale).

Kairouan : la congestion au quotidien

La ville de Kairouan avec environ 150 000 habitants se trouve à 150km au sud de Tunis et à 70 km à l’intérieur des terres. Considérée comme la quatrième ville sainte de l’Islam après la Mecque, Médine et Jérusalem, et dotée d’un riche patrimoine religieux (la grande mosquée de la ville est la plus ancienne du pays), Kairouan est inscrite depuis 1988 au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Comme la plupart des villes tunisiennes, Kairouan rencontre aujourd’hui de sérieux problèmes de congestion, engendrant des répercussions en termes d’insécurité routière, de pollution et d’activité économique. Cette congestion s’explique en majeure partie par un service public insuffisant et de mauvaise qualité, en contraste avec une forte croissance de l’usage de la voiture particulière et des taxis individuels au cours de la dernière décennie. La ville ne possède qu’un réseau de bus composé de deux lignes ceinturant son centre-ville, fonctionnant à une fréquence de l’ordre de la demi-heure. Face à ce réseau, les Kairouanais se sont rapidement tournés vers les transports individuels, surchargeant ainsi les routes du centre-ville.

DSC_0993

Extérieur de la médina de Kairouan

L’usage de la voiture particulière et un fort développement urbain ont aussi conduit à une véritable désertion de la médina, quartier historique central de la ville (classée patrimoine mondial de l’Unesco), initialement piéton et aujourd’hui ouvert aux véhicules motorisés malgré sa géographie (rues étroites, difficiles d’accès, etc.). Cet exode du centre a provoqué un étalement urbain incontrôlé que la municipalité caractérise aujourd’hui d’anarchique.

Kairouan étant aussi un important point de passage entre le nord et le sud du pays, une circulation interurbaine s’ajoute à la circulation urbaine, bloquant quotidiennement les axes principaux, et ceci malgré la construction de rocades partielles autour du centre. Une absence de hiérarchisation efficace des voies et un manque de gestion de la circulation sont en majeure partie responsables de cette situation.

Il est cependant à noter que Kairouan est aussi une ville où le cyclisme prend une place  particulière, la culture du vélo étant resté très présente malgré le développement de la voiture, créant ainsi une certaine affinité avec Strasbourg, qui fait partie des 4 villes françaises (la 1ère de la liste) dans le top 20 mondial des villes cyclables (classement établi par le cabinet danois Copenhagenize).

Un projet pour améliorer la qualité de vie à travers la mobilité urbaine

Une première visite d’étude du directeur adjoint du service des déplacements de Strasbourg en mai 2016, avec l’accompagnement de CODATU, a permis d’appréhender les enjeux de mobilité à Kairouan. Il a été établit que l’amélioration de celle-ci passe par l’élaboration d’une stratégie des déplacements, permettant une vision globale et cohérente des enjeux liés à cette thématique et s’articulant avec les autres thématiques, notamment l’urbanisme, l’économie et l’amélioration du cadre de vie, nécessaires à un développement maîtrisé de la ville de Kairouan.

La ville de Strasbourg a proposé dans ce cadre d’accompagner sa ville partenaire tunisienne, Kairouan, dans l’élaboration et le suivi de ce travail à travers le partage, sous différentes formes, d’outils techniques et méthodologiques. En réponse à un appel d’offre lancé en 2016 par le Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International français pour les coopérations franco-tunisiennes, le projet de coopération décentralisée entre Strasbourg et Kairouan a pu bénéficier d’une subvention de 20 800 €. Ce projet consistant principalement en un partage d’outils sur l’établissement d’une politique de mobilité urbaine soutenable, et la promotion d’actions de démocratie locale, durera un an à compter d’octobre 2016.

Un démarrage à l’occasion de la Semaine Arabe de la Démocratie Locale

DSCN2642

Atelier Mobilité Urbaine à Kairouan

Suite à la révolution tunisienne de 2011, un processus de décentralisation est en marche dans le pays visant à donner plus de pouvoirs aux municipalités. En attendant l’organisation des élections municipales, la gestion de la municipalité est assurée par une délégation spéciale temporaire. Cette délégation qui prend en main des sujets nouveaux en Tunisie au niveau local, telle que la mobilité urbaine, est aussi très attentive aux enjeux de démocratie locale et à la participation active des citoyens dans la vie politique régionale. Kairouan entend ainsi devenir la ville emblématique des droits humains et de la démocratie locale en Tunisie, et organise depuis 3 ans une « Semaine Arabe de la Démocratie Locale » (SADL), dont l’objectif est de diffuser une culture de la démocratie dans le quotidien et dans la relation au citoyen. Cet événement se veut être une plateforme de dialogue, de réflexion et de partage d’expériences entre des représentants des pouvoirs locaux et régionaux, des composantes de la société civile et des citoyens. Cet événement est dédié chaque année aux thématiques des droits de l’Homme, de la démocratie locale et du renforcement de l’Etat de droit.

DSCN2665

Démarrage de la coopération Strasbourg – Kairouan

Du 10 au 15 octobre a ainsi eu lieu la 3e édition de la SADL, mettant à l’honneur les initiatives de la société civile. A travers des journées thématiques, plusieurs sujets ont été abordées tels que l’accès à l’eau, la place des femmes, et la mobilité urbaine. La journée du 11 octobre a ainsi été entièrement consacrée à la mobilité urbaine à travers l’organisation d’ateliers de réflexion sur les problématiques suivantes : la co-construction d’une politique de déplacements, la place de l’espace public et l’amélioration de la vie dans la Médina.

Ces réflexions ont été reprises et approfondies le lendemain lors d’une session de travail restreinte avec les professionnels et experts du transport impliqués à Kairouan. Il a ainsi été établit par la municipalité de Kairouan la nécessité de constituer une cellule spécialisé afin de travailler à l’élaboration de la politique locale de mobilité urbaine.

Suites de la coopération : élaboration d’une stratégie de mobilité

La cellule étant constituée, celle-ci aura pour mission d’exprimer les axes stratégiques de la politique de mobilité urbaine locale. Une fois ces axes stratégiques validés par la municipalité de Kairouan, la seconde phase du projet de coopération sera alors enclenchée. Cette seconde phase consistera en l’identification de besoins précis et l’organisation d’une visite technique à Strasbourg afin de répondre à ces besoins. Cette visite technique est ainsi prévue au début du deuxième trimestre de 2017.

En parallèle, Kairouan sera la ville tunisienne à accueillir la première Agence pour la Démocratie Locale (ADL) de Tunisie d’ici la fin de l’année, tenue par l’association ALDA, partenaire du projet. Cette ADL entend agir en tant que centre de ressources pour faciliter la coopération entre les élus et les services de la municipalité et les usagers dans la co-construction de politiques publiques les touchant directement ou indirectement. L’ALDA à travers son ADL pourra ainsi mettre à disposition son expertise en matière de démocratie de proximité pour accompagner l’élaboration de la politique locale de mobilité. Cet accompagnement se fera à l’aide de la mise en place de mécanismes de concertation et de dialogue avec les citoyens dans différents quartiers à Kairouan.

Partenaires associés

Communauté Urbaine de Strasbourg

Créée en 1967, la Communauté urbaine de Strasbourg réunit aujourd’hui 28 communes. Elle introduit la notion de solidarité financière et de défense d’intérêts communs tout en préservant l’indépendance des communes.