L’auto-organisation du transport artisanal à Brazzaville et à Lima

Publication Mardi 19 Avril 2016

L’auto-organisation du transport artisanal à Brazzaville et à Lima

Auteur: Léa WESTER

Les transports artisanaux permettent la mobilité quotidienne de plusieurs millions de citadins à travers le monde (Wilkinson et al. 2011). Les situations sont variées. L’artisanat se développe parfois en parallèle de transports institutionnels pour former un système de « paratransit » (Cervero, 1997). Il constitue souvent l’unique offre de transport collectif disponible (Audard et al. 2012). Ces transports interrogent par leur mode d’organisation. L’éclatement de la propriété et l’autonomie des équipages remplacent la centralisation structurelle et la planification de la desserte (Godard, 2008).

Dans ce contexte, nous proposons une analyse des systèmes de transports artisanaux de Lima et Brazzaville en nous concentrant sur les stratégies des équipages au niveau individuel. Les conducteurs-opérateurs n’utilisent pas les mêmes stratégies dans les deux cas. L’objectif de cette communication est d’analyser les caractéristiques de ces stratégies et leurs impacts sur le système de transport collectif émergent à l’échelle de l’agglomération. Cette analyse multiscalaire est permise par l’utilisation d’une méthode de modélisation individu centrée et d’outils informatiques tels que les modèles multi-agents (Ferber, 1997). Notre démarche reste cependant ancrée dans la réalité du terrain grâce à la construction de nos modèles à partir de données d’enquêtes. Un modèle du système Brazzavillois sera présenté (Wester, 2015) et confronté à un modèle du système Liménien. Au-delà de l’outil de formalisation de constituent ces modèles, nous les utilisons pour produire une série de simulations et analyser les implications des deux modes d’organisations en termes de structures spatiales et d’adaptation à la demande.

Léa WESTER