Auteurs
:

Jean-Claude GONDARD – Directeur Général des Services de la Ville de Marseille
Jean-Charles LARDIC – Adjoint au Directeur Général des Services de la Ville de Marseille

Résumé : 

En un peu moins d’un siècle, l’automobile a remodelé nos villes et colonisé les espaces urbains. Concourant à l’épuisement des ressources naturelles, à la raréfaction des espaces, à l’accroissement des pollutions et des nuisances, elle a entraîné la plupart des grandes villes comme Marseille à engager des processus de « reconquête » des centres villes et de densification urbaine qui visent à permettre de retrouver une « mobilité douce ».
La Ville de Marseille s’y emploie en imaginant un ensemble de solutions de mobilité dont le « covoiturage dynamique » devrait être une pièce maîtresse.
Elle engage aussi des recherches-actions sur des processus de développement économique privilégiant les échanges locaux, mobilisant la créativité des acteurs du territoire et renforçant la vie de ses quartiers, pour réduire les besoins déplacement.
Elle entend bien développer ces innovations en tirant le meilleur parti des nouvelles technologies numériques, mais l’accélération de ces progrès technologiques et des changements sociétaux associés (dématérialisation du travail et de nombreux services, renaissance d’une économie solidaire de proximité, nouvelles formes de mobilité…), pourrait rendre possible d’autres modes de développement urbain très différents de l’organisation de nos métropoles qui frapperaient d’obsolescence ce modèle consensuel de « reconstruction de la ville sur la ville » .
C’est une vision globale des engagements opérationnels de Marseille sur la mobilité douce, de ses réflexions prospectives sur les modes de vie et d’organisation du travail, et de ses questionnements sur les modèles de villes méditerranéennes durables du futur, que cette présentation propose.