Auteur
:

Yao Godefroy KONAN – Ingénieur des Travaux Publics DESS en Régulation Economique et Gestion des Projets d’Infrastructures Directeur des Etudes et de la Prospective de l’AGETU

Résumé : 

La réforme des transports urbains à Abidjan (Côte d’Ivoire) intervenue en 2000, avec l’appui de la Banque mondiale dans le cadre du Programme d’Ajustement et d’Investissements du Secteur des Transports (CI-PAST) au travers de la création de l’AGETU en qualité d’Autorité Organisatrice des Transports Urbains, était une réponse à un certain nombre de dysfonctionnements majeurs qui empêchaient l’amorce d’un développement durable du secteur, notamment :
– une fragmentation institutionnelle qui ne permettait pas d’avoir une vision cohérente dans les prises de décision et dans la formulation des politiques en matière de transports urbains ;
– une désorganisation du secteur, facteur d’une faible productivité et d’un niveau de service de qualité médiocre des transports urbains et des coûts externes importants (insécurité routière, embouteillages, pollution de l’air, etc.).
La présente communication se veut un regard critique, 10 ans après la mise en place de la réforme, sur les résultats atteints avec la mise en puissance en 2005 de l’AGETU qui avait notamment pour missions d’assurer la régulation du marché des transports urbains.
En effet, les activités de régulation du marché des transports urbains dans l’agglomération abidjanaise sont assurées depuis 2005 par l’AGETU dans des conditions particulièrement difficiles. Ses missions sont régulièrement contestées par les collectivités territoriales de son périmètre de compétences et ses difficultés financières limitent sa marge de manoeuvre sur le terrain.
Ainsi, notre communication vise à faire un bilan diagnostic de la réforme des transports urbains dans l’agglomération abidjanaise et à proposer des pistes de solutions aux dysfonctionnements constatés. Cette analyse s’appuie sur la consultation des documents produits sur le sujet et l’observation des situations existantes par des enquêtes sur le terrain.
Des propositions visant à la facilitation des déplacements urbains sont faites en conclusion de la présente communication.