Auteurs
:

Patrice Berger – Directeur des activités internationales

Gautier Rouhet – Chargé d’études/ activités internationales

Résumé :
Les villes africaines connaissent une congestion de plus en plus marquée de leur trafic, en particulier dans leur centre-ville, du fait de leur croissance urbaine soutenue, de l’augmentation du nombre de véhicules en circulation, et des faiblesses de l’offre en transport collectif public. Au-delà des leviers d’amélioration existant dans le champ des transports urbains (amélioration des voiries, développement d’une offre en transports en commun…etc.), il semble pertinent d’envisager pour ces villes une organisation multipolaire : il s’agit de développer des centres secondaires, bien reliés entre eux par des transports en communs performants, afin de rapprocher les services des habitants et d’éviter les déplacements inutiles vers le centre historique. Les exemples de Rabat, Addis Abeba, Ouagadougou, et Bamako, montrent que ces villes se saisissent du concept, mais que la mise en oeuvre reste un défi pour les années futures.