Un atelier pour échanger autour du développement des infrastructures cyclables en Equateur

Un atelier pour échanger autour du développement des infrastructures cyclables en Equateur
  •  
  •  
  •  
Marion Hoyez
CODATU
Chargée de projets
Actualité CODATU Lundi 3 Décembre 2018

Les 18 et 19 décembre prochain, CODATU animera un atelier de travail a Quito (Equateur) dans le cadre d’une coopération entre les Ministère Français de la Transition Écologique et Solidaire (MTES), l’AFD et le Ministère Équatorien des Transports et des Travaux Publics (MTOP). CODATU sera accompagné de Sylvie Banoun, Coordinatrice interministérielle pour le développement de la marche et du vélo, et de Thomas Jouannot, Expert « modes actifs » au CEREMA.

Le MTOP rédige en ce moment son « Manuel Technique des infrastructures cyclables » qui constituera un guide de recommandations pour la planification, le design et la construction de pistes cyclables au niveau national, tant en zones urbaines que rurales. L’objectif serait à moyen-terme d’inclure ces recommandations techniques dans la règlementation en vigueur, afin de favoriser l’usage du vélo (on comptait 72,99km de pistes cyclables en 2015 à Quito), de réduire la place de la voiture (parc automobile en hausse annuelle de 11% à Quito), de travailler sur la multimodalité et l’intermodalité. Les outils sont pour cela nombreux : règlementation du stationnement automobile, réduction de la vitesse, réduction des voies circulables par les voitures etc.

Un système de vélo en libre-service (BiciQuito) est en fonctionnement depuis 2012 à Quito (2000 vélos, 30 stations), et de nombreuses organisations se mobilisent pour populariser l’usage du vélo : organisation de balades nocturnes à vélo à Quito par l’organisation CER, programme d’apprentissage de la pratique du vélo pour et par les habitantes de Quito (Hadas Madrinas) et autres programmes de promotion du vélo (Todas en Bici, Rodadas en altura, Guayaquil en Bici, BiciCuenca, Muevete en Bici etc.) qui montrent un intérêt grandissant de la population et une collaboration active entre les institutions nationales, régionales, locales et les ONG.

Un 1er atelier avait été organisé en Juin 2016, par la MTOP, dans le cadre de l’initiative « Pacte National pour la sécurité routière », programme du gouvernement qui vise à réduire le taux de mortalité à travers notamment des mesures concrètes d’amélioration des infrastructures pour les piétons et les cyclistes. Ce 1er atelier s’etait intéressé aux typologies d’infrastructures cyclables, et à celles qui seraient les plus pertinentes en Equateur (voies dédiées, voies partagées avec les bus/les piétons/les voitures, zones de circulation apaisées…) ;

Ce 2e atelier a pour objectif d’enrichir le Manuel Cyclable existant en abordant des thématiques peu présentes jusqu’à présent: celle de l’entretien de l’infrastructure, de la signalisation, de son intégration avec les autres de modes de transport, des pratiques innovantes qui ont fait leurs preuves dans d’autres pays mais aussi de la concertation et de la sensibilisation.

 

Partenaires associés

Agence Française de Développement (AFD)

L’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et  favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Les transports constituent un secteur d’intervention traditionnel de l’AFD. Sur la période 2001-2005, l’Agence a mobilisé environ 164 M€ par an en moyenne pour la mise en œuvre de projets dans le secteur des transports (en incluant les projets de développement rural et urbain comportant des activités de transport).

Ministerio de Transporte y Obras Publicas de Ecuador (MTOP)

Ministère équatorien des transports et des travaux publics.

Ministère français de la Transition Écologique et Solidaire (MTES)

Le MTES reflète la volonté du Président de la République de se doter d’un outil institutionnel performant, véritable autorité environnementale en charge du portage des politiques exemplaires de l’Etat.