Le transport collectif artisanal, une composante essentielle dans un système dual

Le transport collectif artisanal, une composante essentielle dans un système dual
  •  
  •  
Marion Hoyez
CODATU
Chargée de Coopération - Inde
Actualité CODATU Jeudi 15 Octobre 2015

Réalisé sous la supervision de l’Agence Française de Développement qui en a confié la réalisation à CODATU, cet ouvrage sur le transport collectif artisanal a été rédigé par Pablo Salazar Ferro en étroite collaboration avec Lise Breuil (AFD) et Julien Allaire (CODATU). La première version de ce document, datée de novembre 2014, a été mise à jour en Octobre 2015 suite à la relecture de Xavier Godard et d’Olivier Ratheaux.

 Dans la plupart des grandes villes du Sud, le transport institutionnel et le transport collectif artisanal représentent les deux composantes d’un système de transport public dual. Obéissant à des logiques très différentes, elles entretiennent des relations complexes qui varient selon les contextes.

kigali-transport-artisanalLe transport collectif artisanal, souvent qualifié d’informel voire d’illégal, évolue en marge des systèmes de transport institutionnel. Il est décrit comme un secteur mal organisé, inefficace en termes d’exploitation (duplication de lignes, longueur excessive des lignes, offre surabondante de véhicules sur certains axes, etc.), et en partie responsable des accidents de la route, de la congestion et de la pollution de l’air.

 Toutefois, il répond, bien souvent, à une demande qui ne pourrait pas être satisfaite en son absence. Le transport collectif artisanal joue donc un rôle capital et on lui reconnaît deux avantages indéniables: de faibles coûts pour la collectivité publique et une forte flexibilité des services. Dans cette perspective, on peut également s’inspirer de services développés dans les pays industrialisés, tel que le transport à la demande, qui visent à apporter une plus grande flexibilité et une meilleure couverture du territoire par le transport public.DSC_1402

À travers une revue de la littérature, le présent document vise à proposer une caractérisation des différents modèles de transport artisanal, illustrée par des exemples de villes qui présentent des réalités contrastées. La conclusion souligne les complémentarités, souvent négligées, entre ces deux composantes des transports collectifs urbains.

Ce document est le fruit d’une collaboration mise en œuvre dans le cadre du Centre pour l’Intégration en Méditerranée (CMI), plateforme multi-partenariale pour le dialogue et le partage des connaissances ayant pour objectif d’accompagner les processus de réforme et de favoriser une plus large intégration dans la région méditerranéenne. Les membres fondateurs du CMI sont l’Egypte, la France, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Tunisie, la Banque européenne d’investissement et la Banque mondiale.

L’ouvrage est disponible en Français et en Anglais.

Partenaires associés

Agence Française de Développement (AFD)

L’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et  favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Les transports constituent un secteur d’intervention traditionnel de l’AFD. Sur la période 2001-2005, l’Agence a mobilisé environ 164 M€ par an en moyenne pour la mise en œuvre de projets dans le secteur des transports (en incluant les projets de développement rural et urbain comportant des activités de transport).

Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée (CMI)

Le Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée (CMI) a pour objectif d’améliorer la convergence des politiques de développement durable par le biais d’une plate-forme d’échange de connaissances et d’apprentissage collectif.