[Forum de la Mobilité Urbaine Tunisie] « Smart Mobility Tunisie » : Vers une mobilité intelligente pour tous en Tunisie

Actualité CODATU Jeudi 22 Mars 2018

Cette
publication s’inscrit dans le cadre de la coopération technique CODATU en Tunisie. CODATU, l’Agence Française de Développement et le Ministère du Transport de Tunisie ont signé en février 2016 un accord de coopération technique visant à accompagner le Ministère du Transport de Tunisie dans la mise en œuvre des différents projets de mobilité urbaine, et l’amélioration des systèmes de transport public dans les grands centres urbains tunisiens. 

Mettre en place la mobilité intelligente en Tunisie

Autrefois de meilleure qualité et responsable de la majorité des déplacements urbains (plus de 50% de la part modale des déplacements motorisés en 1990 à Tunis), le transport en commun a connu d’importantes dégradations lors des dernières décennies dans tout le pays, et nécessite aujourd’hui d’être restructuré et modernisé. Le développement de systèmes de mobilité urbaine durable est devenu une priorité nationale en Tunisie. Une telle démarche s’inscrit dans la lutte contre la congestion urbaine, la pollution atmosphérique créée par la circulation automobile qui est en augmentation permanente, les émissions de gaz à effet de serre, l’insécurité routière, et doit permettre à tous les habitants des zones urbaines un accès facilité aux services et aux emplois.

Le numérique, un levier important pour le développement de systèmes de mobilité urbaine durable

On observe depuis une dizaine d’années un engouement global pour la « mobilité numérique » ou « intelligente » à travers l’apparition du concept de « systèmes de transport intelligent » (STI), et plus largement grâce à l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication et au développement des outils liés à la production, l’analyse et la visualisation des données (« Big Data », intelligences artificielles, etc.). La multiplication des plateformes numériques en faveur de la mobilité incite aussi au développement de nouveaux modèles économiques, à l’émergence de nouveaux acteurs, et à l’apparition de nouveaux usages dans le secteur des transports. Le « transport intelligent » et plus largement les solutions numériques pour la mobilité occupent ainsi une place centrale parmi les priorités nationales de la Tunisie, en tant que pilier du processus de développement global et durable du pays. Il constitue un axe principal de la stratégie du Ministère du Transport au niveau du plan de développement 2016-2020 du secteur de transport (Axe 7).

Une stratégie nationale nécessaire pour le numérique dans la mobilité urbaine

Les solutions numériques et de « transport intelligent » tiendront à n’en pas douter un rôle primordial dans l’amélioration de la performance du secteur de transport et le renforcement de la qualité des services fournis aux citoyens tunisiens. Néanmoins, si leur potentiel est indéniable tant pour la transformation du secteur qu’en matière de développement économique, la transition numérique n’a pas d’objectif prédéfini collectivement : elle repose sur des ruptures technologiques, d’outils ou de méthodes, de nouveaux acteurs (GAFA, opérateurs télécoms, etc…), et des opportunités économiques (nouveaux business model) encore difficiles à cerner. Il est donc essentiel que la puissance publique définisse une stratégie pour s’assurer que la transformation numérique en matière de mobilité aille, autant que possible, dans le sens de l’intérêt collectif, de la durabilité des systèmes de transports, et du développement d’un écosystème national de l’innovation en matière de mobilité, relais de croissance économique pour le pays.

Par suite de ces observations, l’AFD et le Ministère du Transport ont lancé début 2018 une étude stratégique et opérationnelle pour le développement de Systèmes Intelligents et de solutions numériques pour la mobilité urbaine durable en Tunisie « Smart Mobility Tunisie ». Cette étude a pour objectif d’élaborer une stratégie nationale permettant de mettre en place de nouvelles solutions innovantes basées sur les technologies du numérique afin d’accroître l’efficacité, la sécurité, l’intégration multimodale et l’attractivité du réseau de transport public. Le bureau d’étude SYSTRA a été retenu pour sa réalisation.

Le Forum de la Mobilité Urbaine pour lancer l’étude « Smart Mobility Tunisie »

Dans le cadre du démarrage de l’étude stratégique et opérationnelle « Smart Mobility Tunisie », le second Forum de la Mobilité Urbaine en Tunisie intitulé « Vers une mobilité intelligente pour tous » a été organisé à Tunis le 8 mars par le Ministère du Transport avec l’appui de l’AFD, de CODATU, et la participation de SYSTRA.

Ouvert par le secrétaire général du Ministère du Transport M. Sassi Hammami, le chef du cabinet du Ministère des Technologies de la Communication et de l’Economie Numérique M. Sadok Toumi, et l’Ambassadeur de France en Tunisie M. Olivier Poivre d’Arvor, ce Forum de la Mobilité Urbaine avait pour principaux objectifs de présenter la vision du numérique en Tunisie et les ambitions en la matière ainsi que les applications attendues dans le secteur de la mobilité urbaine ; de rassembler et dynamiser l’écosystème tunisien concerné par les enjeux de la mobilité urbaine, des STI et du numérique (institutions publiques, entreprises, monde académique, « communautés » numériques, start-ups, incubateurs, opérateurs de transport, opérateurs de téléphonie mobile, industriels, etc.) ; et d’initier les premières séquences de travail collaboratives avec les acteurs de cet écosystème suite au lancement de l’étude « Smart Mobility Tunisie ».

La vision et les actions des institutions au regard du transport intelligent

Ce second Forum de la Mobilité Urbaine en Tunisie a donné l’opportunité aux institutions et organismes publics d’exposer leur vision sur les nouvelles technologies et les programmes relatifs au développement des systèmes de transport intelligent. Étaient représentés :

  • Le Ministère du Transport
  • Le Ministère des Technologies de la Communication et de l’Economie Numérique, représenté par le Centre d’Etudes et de Recherches des Télécommunications (CERT)
  • L’Unité de l’Administration Electronique de la Présidence du Gouvernement

Représenté par M. Ridha Arjoun, directeur de la Cellule STI, le Ministère du Transport se positionne ainsi sur différentes actions pour promouvoir le transport intelligent : la mise en place un cadre juridique et réglementaire qui incite au déploiement et à l’utilisation des STI, la mise en place d’un cadre de normalisation et d’interopérabilité (notamment pour les projets de modernisation de la billettique), la définition et la mise en œuvre d’un cadre d’ouverture et de réutilisation des données transport et mobilité (Open Data), ou encore la mise à niveau des Systèmes d’Information. Si certains projets lancés à la fin des années 2000 n’ont pas pu aboutir, d’autres en cours donneront des résultats prochains. Le développement d’une plateforme Open Data Transport fait partie de ces projets, en accord avec l’engagement de la Tunisie dans l’Open Government Partnership.

Ce dernier projet est réalisé avec la contribution de l’Unité de l’Administration Electronique, dans le cadre de son programme « Smart Gov 2020 », telle que l’a exposé Mme Sana Oueslati, directrice dans cette unité. Parmi les 8 orientations de ce programme, le transport urbain trouve sa place dans l’axe : « Moderniser les systèmes d’informations (SI) de l’Etat pour permettre une meilleure orientation usager ». En attendant l’ouverture de la plateforme Open Data Transport, certaines données sont déjà mises à disposition sur le portail national développé par l’Unité de l’Administration Électronique. Il est prévu par la suite de basculer la majorité de ces données vers la nouvelle plateforme dédiée exclusivement aux données transport une fois fonctionnelle.

Le programme « Smart Gov 2020 » s’inscrit dans le Plan National Stratégique « Tunisie Digitale 2020 » élaboré et suivi par le Ministère des Technologies de la Communication et de l’Economie Numérique, dans l’objectif que la Tunisie devienne une « référence numérique internationale et fasse des TIC un levier important pour le développement socio-économique du pays ». Mme Hend Ben Haji, diectrice au CERT et représentant le ministère a ainsi présenté les grands axes de ce plan national qui a fait émerger plus de 70 projets, promettant la création de 100 000 emplois.

En savoir plus

Le portail national Open Data : fr.data.gov.tn

Le plan Smart Gov 2020 : fr.tunisie.gov.tn

Le Plan National Stratégique « Tunisie Digitale 2020 » : www.mincom.tn

L’engagement de la Tunisie dans l’OGP : www.opengovpartnership.org

Comment mettre en œuvre la transition numérique pour une mobilité urbaine durable ?

Les grands enjeux, obstacles et opportunités de la transition numérique dans la mobilité urbaine ont été débattu autour d’une table ronde animée par M. Gwenael Prié, expert numérique à l’AFD. Sont intervenus lors de ce débat M. Montacer Hassani, Directeur Général du Développement Administratif, des Systèmes d’Information et du Transport Intelligent au Ministère du transport, M. Khaled Sellami, Directeur Général de l’Unité de l’Administration Electronique, M. Sofiene Sghaier, Directeur du département IT au CERT, et M. Florian Pellet, Business Developper chez Kisio Digital.

Il s’est dessiné à travers ce débat plusieurs grandes orientations à suivre afin de développer des systèmes de mobilité intelligente qui sauront à la fois garantir une meilleure qualité des services de transport en commun, et permettre d’accompagner l’émergence de nouvelles solutions. Il est dans ce sens nécessaire de :

  1. Etablir une stratégie nationale de la mobilité intelligente

    « Smart Mobility Tunisie » est essentielle à la définition d’une stratégie globale définissant les grandes orientations stratégiques du gouvernement en matière de mobilité et de numérique. Une telle stratégie permettra entre autres de proposer et mettre en œuvre des projets pertinents et en cohérence.

  2. Définir des standards et conditions d’interopérabilité à l’échelle nationale.

    Avec le développement de systèmes technologiques complexes, tels que les nouveaux systèmes billettiques pour les réseaux de Transtu et RFR dans le Grand Tunis, la définition de standards nationaux calqués sur les normes nationales en vigueur est nécessaire pour garantir aux usagers une mobilité intégrée et fluide au quotidien.

  3. Mettre à disposition du public les données transport à l’aide de l’Open Data

    Les plateformes Open Data dynamisent le secteur avec la création par des acteurs privés de nouveaux services flexibles, adaptés aux besoins des voyageurs et peu couteux au regard de l’Etat. Il est donc nécessaire d’assurer la disponibilité de données de transport qualité sous un format Open Source. Ce travail doit s’accompagner d’une évolution des approches de gouvernance.

  4. Faire évoluer le cadre règlementaire en faveur du numérique

    Le développement de nouveaux services et l’apparition de nouveaux modèles économiques rendus possibles par le numérique nécessitent une évolution du cadre réglementaire afin de contrôler tout en ne freinant pas l’innovation. Les règlementations doivent être adaptées à ce nouveau contexte pour s’assurer que la révolution numérique œuvre dans l’intérêt commun.

  5. Placer l’individu au cœur des préoccupations

    Les innovations du numérique sont une occasion de repenser la mobilité comme un véritable service, et ainsi de placer l’individu au cœur des préoccupations. Les nouveaux projets de mobilité urbaine devront relever ce challenge pour répondre au mieux à une demande de plus en plus exigeante des citoyens.

Des premières orientations pour l’étude Smart Mobility Tunisie

L’après-midi du FMU a eu pour objectif de lancer l’étude stratégie et opérationnelle pour le développement de Systèmes Intelligents et de solutions numériques pour la mobilité urbaine durable en Tunisie « Smart Mobility Tunisie », réalisée par le bureau d’étude SYSTRA. Visant à favoriser la transformation numérique en matière de mobilité, les résultats attendus de cette étude sont :

  • Une analyse de la situation existante
  • Un benchmarking des solutions existantes dans le monde
  • La mise en place d’une plateforme web ouverte et participative
  • L’élaboration d’une stratégie en matière de STI et de solutions numériques pour la mobilité urbaine durable en Tunisie
  • L’établissement d’un plan d’action priorisé pour la mise en œuvre de la stratégie
  • La réalisation d’études de faisabilité et pré-opérationnelles pour 2 à 3 projets retenus

A travers l’organisation d’un World Café, SYSTRA a pu identifier une liste de 9 objectifs stratégiques pour le secteur qu’il est maintenant nécessaire d’approfondir, de prioriser, et de définir les modalités de mises en œuvre. Parmi eux, 3 objectifs clés se sont déjà démarqués en alignement avec les besoins, attentes, contraintes et opportunités exprimés par les participants lors des groupes de travail préalables :

 

  • La « Préparation de l’infrastructure : un préalable au développement des STI » en réponse au besoin de moderniser l’infrastructure, d’améliorer la connexion dans certaines zones et de rendre les systèmes interopérables.

  • Le « déploiement, cadrage et accélération des projets STI (interopérabilité billettique) », en cohérence avec les contraintes exprimées sur la lenteur ou l’absence d’implémentation des actions.

  • La « définition d’une gouvernance STI agile et efficace (co-construire et réguler la mobilité à l’heure du numérique) » en accord avec la nécessité d’organiser et de mettre en place une gouvernance souple et adaptée et de co-construire la réglementation pour les STI.

Une plateforme web ouverte et participative permettra de suivre l’évolution de cette étude, de consulter le benchmark des solutions existantes et d’y contribuer, d’accéder à une base de données exhaustive des acteurs impliqués dans le secteur, et d’échanger sur les solutions proposées inscrites dans les différents objectifs stratégiques retenus.

 

 

 

 

 

Cette publication n’engage que son auteur et l’Agence Française de Développement n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations contenues.

Partenaires associés

Agence Française de Développement (AFD)

L’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et  favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Les transports constituent un secteur d’intervention traditionnel de l’AFD. Sur la période 2001-2005, l’Agence a mobilisé environ 164 M€ par an en moyenne pour la mise en œuvre de projets dans le secteur des transports (en incluant les projets de développement rural et urbain comportant des activités de transport).

SYSTRA

SYSTRA,
est né de la fusion des filiales d’ingénierie créées, d’une part, par la SNCF en 1957 et d’autre part par la RATP en 1961.