Étude prospective d’offre de transport ferroviaire au Togo – Mémoire, Master Lomé

Publication Vendredi 1 Février 2019

Résumé du travail de fin d’études de Essowaba Egbeleo, rédigé sous la direction du Dr. Michel Tindano, économiste du Transport et coordinateur pédagogique du Master.

Étude prospective d’offre de transport ferroviaire de voyageurs entre Lomé, sa banlieue et ses villes satellites

La saturation des quartiers au centre-ville, le besoin de posséder son chez-soi et le coût élevé des terrains couplés au faible niveau de revenu des ménages contribuent à instituer la banlieue et les villes satellites de Lomé en de véritables lieux de peuplements avec un poids démographique dépassant celui de la ville de Lomé autour de laquelle elles gravitent. Or ces zones sont moins pourvues en équipements et services, obligeant les populations à se déplacer à Lamé pour satisfaire leurs besoins eu égard à sa centralité, occasionnant ainsi des déplacements massifs. L’analyse du marché des transports a révélé une inadéquation entre l’offre existante et la demande de plus en plus croissante surtout dans la banlieue lointaine et les villes satellites, abandonnées à la merci du transport artisanal avec son lot d’externalités. Pour y remédier, il convient de repenser l’offre de transport structurée. Il faut orienter la planification du transport vers les transports de masse notamment le rail. De ce fait, trois lignes ferroviaires radiales de transport ferroviaire de voyageurs, à moyen terme pour améliorer la mobilité des populations dans les relations de la ville de Lomé avec sa banlieue et ses villes satellites, et une ligne transversale permettant la desserte de banlieue à banlieue sont proposées. Ce faisant, la présente étude en sa qualité d’étude précurseur, apporte des pistes de développements dont la prise en compte dans les différents projets ferroviaires futurs garantira des chances de développement d’un système de transport intégré efficace à moyen et long terme dans la zone d’étude.

Mots-clés : transport structuré, transport artisanal, transport de masse, transport ferroviaire de voyageurs, système de transport intégré

Partenaires associés

CNAM (Conservatoire national des arts et métiers)

Le
CNAM est un grand établissement d’enseignement supérieur dédié à la formation.

EAMAU – Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme

Présentation
et histoire

L’EAMAU, basée à Lomé au Togo est une institution inter-états d’enseignement supérieur et de recherche. Elle fut fondée par une résolution du sommet des Chefs d’Etats de l’OCAM en 1975, à la suite d’une étude de l’UNESCO sur la nécessité effective d’une institution de formation en architecture et urbanisme, au bénéfice des Etats africains en pleine croissance urbaine.

L’EAMAU est :

  • pôle d’excellence régional de l’Agence Universitaire de la Francophonie depuis 2004
  • partenaire de l’Union Internationale des Architectes (UIA) et de l’Union Africaine des Architectes depuis 2005
  • centre d’excellence régional de l’UEMOA depuis 2006
  • membre de l’Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et en Urbanisme (APERAU) depuis 2007

Pays Membres

A ce jour, le service de l’EAMAU en formation, recherche et expertise urbaine s’étend sur 14 pays d’Afrique francophone au Sud du Sahara.

Pour l’Afrique de l’Ouest
BENIN, BURKINA FASO, COTE D’IVOIRE, GUINEE BISSAU, MALI, NIGER, SENEGAL, TOGO

Pour l’Afrique Centrale
CAMEROUN, CENTRAFRIQUE, CONGO, GABON, GUINEE EQUATORIALE, TCHAD.

 

Pour en savoir plus: http://www.eamau.org/

Université Senghor – Université Internationale de langue française (Alexandrie, Egypt)

L’Université Senghor, Opérateur direct de la Francophonie, offre, depuis maintenant plus de 20 ans, des formations pluridisciplinaires et pluri-thématiques consacrées au développement durable dans un contexte de mondialisation. Elle a pour vocation de former et de perfectionner des cadres de haut niveau des secteurs public et privé et d’orienter leurs aptitudes vers l’exercice des responsabilités dans certains domaines prioritaires pour le développement.
L’Université Senghor, université francophone internationale à finalité professionnelle, œuvrant au service du développement africain, n’en est pas moins ouverte à tous les francophones qu’elle prépare aux métiers du développement dans la ligne des Sommets de la Francophonie qui se sont tenus à Ouagadougou en 2004, à Bucarest en 2006, à Québec en 2008, à Montreux en 2010, à Kinshasa en 2014. Elle pilote des projets en matière de développement à travers les travaux des ses étudiants, tissant notamment un réseau de compétences et d’expertises au moyen de la professionnalisation de ses auditeurs, de formations continues et à distance.