CODATU XV : Appel à contributions

Imprimer la page
Mardi 24 Janvier 2012
  • Introduction

La conférence CODATU XV, qui se déroulera à Addis Abeba, Ethiopie, du 22 au 26 octobre 2012, vise à croiser les points de vue des différents acteurs et à faire converger les différentes approches  vis-à-vis de la mobilité urbaine. On peut les distinguer d’une part en fonction de l’échelle spatiale (enjeux globaux et défis locaux), et d’autre part en fonction de l’échelle temporelle (en considérant les perspectives de court et long terme).

Dans les pays du Sud, les politiques menées aux niveaux local et national cherchent souvent à promouvoir la mobilité pour le développement. Mais elles peuvent ainsi aller à l’encontre des considérations globales, en particulier le dérèglement climatique. En outre, la croissance rapide des villes du Sud génèrent de nombreux problèmes à court terme dont les solutions ont un impact à long terme sur le développement urbain durable. A la rencontre entre la théorie et la pratique, la conférence devra identifier les politiques et mesures qui peuvent combiner les solutions pour les différents niveaux d’application.

La Conférence des Nations Unies sur le développement durable, Rio +20, qui se tiendra en juin 2012, doit confirmer l’engagement des nations en faveur du développement durable. La Conférence CODATU XV y fera écho en s’intéressant à la contribution des transports et de la mobilité pour une croissance verte une meilleure gouvernance du développement durable.

Par ailleurs, la conférence souhaite faire une place particulière aux villes africaines. Dix ans après la conférence de CODATU X à Lomé (Togo), intitulée «La mobilité urbaine pour tous», les participants seront invités à faire état des progrès réalisés au cours de cette décennie et ouvrir des perspectives pour la suivante.

Les villes africaines connaissent une urbanisation rapide et doivent faire face au développement du transport individuel motorisé qui accroît l’insécurité routière, la congestion et la pollution atmosphérique. De plus en plus d’autorités locales développent des alternatives et notamment des projets de transport collectif de masse (Système de bus, BRT, LRT, Métro, etc.). Les politiques de transport urbain sont ainsi en voie de développement.

Mais quelles sont les bases institutionnelles des politiques de mobilité urbaine ? Comment construire ces politiques pour qu’elles soient un vecteur de développement urbain durable ?

Ainsi le comité scientifique international de la CODATU XV a choisi comme thème pour la conférence « Le rôle de la mobilité urbaine pour (re)modeler les villes ».

Qu’ils soient planifiés ou non, les déplacements urbains façonnent les agglomérations. Dans les villes en développement, la motorisation des ménages, à deux ou quatre roues, et le développement des transports collectifs répondent à la croissance des besoins de déplacements.

Mais ils contribuent également à l’extension des aires urbaines et le renouvellement du centre de la ville. Cette dynamique urbaine oriente les choix modaux et inscrit les agglomérations dans un modèle de développement de long terme. Les politiques de mobilité urbaine durable doivent pouvoir, à la fois sur le court et le long terme, répondre aux besoins de mobilité des acteurs économiques, garantir une équité sociale et limiter la consommation de ressources.

 Quatre sous-thèmes sont ainsi proposés pour traiter du thème principal :

  •  1 – Quelle gouvernance est nécessaire pour promouvoir la mobilité durable ?

La mise en œuvre d’une politique urbaine de mobilité durable doit reposer sur un cadre législatif adapté définissant des entités publiques ayant autorité sur la planification et l’organisation des transports. Elle doit également être soutenue par un système durable de financement.

Les contextes institutionnels et leur(s) composante(s) fiscale(s) sont très différents d’un pays à un autre. Ils déterminent les conditions de réalisation d’une politique de mobilité réussie. Quels sont les cadres institutionnels adéquats ? Comment sont définies les frontières administratives ? Quelles répartitions des compétences ? Quels sont les facteurs de blocage ? Quels modes de coordinations entre les acteurs ? Quelles relations avec les partenaires privés ?

  • 2 – Comment planifier les villes du futur ? Quelle articulation entre transport-urbanisme ? Quelles infrastructures de transport peuvent guider la ville vers un développement durable ?

 La planification des transports définit les grands axes de la politique de transport. Elle repose sur une analyse des besoins actuels et futurs de déplacements et définit les projets qui permettent de répondre aux enjeux prioritaires. Les infrastructures de transport doivent être calibrées en fonction des besoins attendus. Dans une vision à long terme, la planification urbaine stratégique promeut le polycentrisme et de fortes densités le long des axes de transport et au sein des centres secondaires.

Comment articuler la planification des transports et la planification urbaine ? Comment coordonner tous les modes de transports dans cette planification ? Quelles relations entre la planification urbaine et les planifications régionale et nationale ?

  • 3 – Quelle offre de transport mettre en œuvre ? Comment gérer la circulation ?

 La mise en œuvre des politiques de mobilité correspond à la fois aux enjeux en termes de développement des réseaux de transport collectif, à la maîtrise de la circulation de véhicules motorisés individuels et à la protection des usagers de la rue les plus vulnérables.

Concernant le développement des transports collectifs, les questions posées sont comment l’implantation de systèmes de transport de masse peut permettre une restructuration des réseaux préexistants ? Comment coordonner l’offre de transport artisanal et l’offre de transport de masse ? Comment améliorer la performance des réseaux de transport collectif ? Comment les coûts d’exploitation des différents systèmes de transport de masse influence les choix d’investissement ?

Concernant les politiques de gestion du trafic routier et de maîtrise de la circulation des véhicules motorisés, quelles mesures peuvent permettre de limiter les phénomènes de congestion et réduire l’attrait pour l’automobile ? Quelles politiques de stationnement mettre en œuvre ? Quelle organisation pour la logistique urbaine ? D’autre part, comment garantir la sécurité des piétons et des cyclistes sur la rue ? Comment rendre ces modes non motorisés attractifs, même pour les personnes ayant des revenus élevés ?

  • 4 – Comment prendre en compte les populations dans la politique de transport ? Comment rendre équitable les systèmes de transport ?

CODATU XV souhaite faire échos aux politiques de transport qui associe pleinement le développement économique local, la création d’emplois et la réduction de la pauvreté. Dans le cadre de la conception et la mise en œuvre de politiques de transport, l’implication des acteurs concernés (transporteurs artisanaux, usagers, etc.) peuvent donner plus de cohérence aux projets portés par les pouvoirs locaux. Par ailleurs, certaines populations peuvent être victimes d’exclusions dans le cadre de projet de transport ou de développement urbain.

Comment impliquer les populations en amont à travers des processus participatifs dans la conception des politiques de transport ou des projets ? Quels sont les impacts économiques et sociaux constatés après la mise en œuvre de projet de transport de masse (BRT, LRT, Métro, etc.) ou de projet urbain ? Enfin, comment certains projets portés par la société civile ont permis d’aller plus loin dans le volet social du développement durable ?

 

Pour télécharger l’appel à contributions:

 

Appel à contributions CODATU XV