Amélioration des transports collectifs urbains à Bafoussam, Cameroun – Mémoire, Master Lomé

Publication Vendredi 1 Février 2019

Résumé du travail de fin d’études de Chanela Nera Kepawou Kenmoe, rédigé sous la direction du Dr. Michel Tindano, économiste du Transport et coordinateur pédagogique du Master.

Amélioration des transports collectifs urbains à Bafoussam au Cameroun : proposition d’un réseau de bus

Les villes, rapporté à leur population, contribuent de manière plus que proportionnelle au PIB d’un pays et sont souvent décrites comme le « moteur de la croissance économique ». Si c’est bien le cas, les systèmes de transport constituent en fait les rouages de ce moteur. Ces systèmes relient les personnes aux emplois et connectent les habitants des villes aux systèmes d’éducation et de santé, aux loisirs, ainsi qu’aux autres habitants.

Mais force est de constater que les villes des pays en développement, comme la plupart des villes camerounaises et en particulier Bafoussam sont aujourd’hui confrontées à une croissance forte de leur population et des déplacements qui en découlent. Elles peinent à suivre ces évolutions et à mettre en place des politiques de déplacements urbains.

Bafoussam, chef-lieu de la région de l’Ouest, poumon agricole et grenier du Cameroun, assure l’approvisionnement en denrées alimentaires de Douala, Yaoundé et de contrés situées bien au-delà, jusqu’au nord du Gabon (KALIEU, 2016). Située au carrefour des échanges des biens et des peuples, elle est construite autour de routes nationales (N4, N5, N6) et départementales qui se croisent au centre-ville. Dans ce contexte, les besoins en mobilité s’accroissent non seulement pour se rendre aux lieux de services et d’activités mais aussi pour satisfaire d’autres besoins.

Malheureusement, cette dernière a traversé plusieurs décennies sans documents de planification, occasionnant de nombreux dysfonctionnements mais surtout un déficit chronique des services de transports publics du fait de l’incapacité des Municipalités à offrir un service de transport efficace aux populations. Il s’est alors développé dans l’espace urbain, des modes de déplacements privés et informels (dominés par les motos et les taxis) marqués souvent par une vétusté poussée et une mauvaise offre de service. Il en résulte que la mobilité reste un réel défi dans cette ville, et il urge que les autorités municipales s’y engagent pour offrir un service de mobilité en mettant en place un système de transport collectif par autobus efficace et durable.

C’est dans ce contexte que s’inscrivent nos propositions et notre projet pour améliorer les conditions de déplacements à Bafoussam qui passent par la réalisation des études analytiques et diagnostiques de l’offre et de la demande en transport dans la ville en passant par l’analyse du cadre institutionnel et réglementaire du secteurs des transports et de la mobilité dans la ville d’une part, et d’autre part, par la mise en place d’un réseau de bus qui impliquent de nombreuses mesures d’accompagnement pour sa réussite. Ces mesures passent par l’intermodalité à travers la définition de schémas de complémentarité, la création d’une société de transport qui assurera son exploitation, la création d’une AOTU qui se chargera de coordonner, réguler et de planifier les transports dans la ville et une forte volonté politique.

Partenaires associés

CNAM (Conservatoire national des arts et métiers)

Le
CNAM est un grand établissement d’enseignement supérieur dédié à la formation.

EAMAU – Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme

Présentation
et histoire

L’EAMAU, basée à Lomé au Togo est une institution inter-états d’enseignement supérieur et de recherche. Elle fut fondée par une résolution du sommet des Chefs d’Etats de l’OCAM en 1975, à la suite d’une étude de l’UNESCO sur la nécessité effective d’une institution de formation en architecture et urbanisme, au bénéfice des Etats africains en pleine croissance urbaine.

L’EAMAU est :

  • pôle d’excellence régional de l’Agence Universitaire de la Francophonie depuis 2004
  • partenaire de l’Union Internationale des Architectes (UIA) et de l’Union Africaine des Architectes depuis 2005
  • centre d’excellence régional de l’UEMOA depuis 2006
  • membre de l’Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et en Urbanisme (APERAU) depuis 2007

Pays Membres

A ce jour, le service de l’EAMAU en formation, recherche et expertise urbaine s’étend sur 14 pays d’Afrique francophone au Sud du Sahara.

Pour l’Afrique de l’Ouest
BENIN, BURKINA FASO, COTE D’IVOIRE, GUINEE BISSAU, MALI, NIGER, SENEGAL, TOGO

Pour l’Afrique Centrale
CAMEROUN, CENTRAFRIQUE, CONGO, GABON, GUINEE EQUATORIALE, TCHAD.

 

Pour en savoir plus: http://www.eamau.org/

Université Senghor – Université Internationale de langue française (Alexandrie, Egypt)

L’Université Senghor, Opérateur direct de la Francophonie, offre, depuis maintenant plus de 20 ans, des formations pluridisciplinaires et pluri-thématiques consacrées au développement durable dans un contexte de mondialisation. Elle a pour vocation de former et de perfectionner des cadres de haut niveau des secteurs public et privé et d’orienter leurs aptitudes vers l’exercice des responsabilités dans certains domaines prioritaires pour le développement.
L’Université Senghor, université francophone internationale à finalité professionnelle, œuvrant au service du développement africain, n’en est pas moins ouverte à tous les francophones qu’elle prépare aux métiers du développement dans la ligne des Sommets de la Francophonie qui se sont tenus à Ouagadougou en 2004, à Bucarest en 2006, à Québec en 2008, à Montreux en 2010, à Kinshasa en 2014. Elle pilote des projets en matière de développement à travers les travaux des ses étudiants, tissant notamment un réseau de compétences et d’expertises au moyen de la professionnalisation de ses auditeurs, de formations continues et à distance.